La ferme des Petits Bonhommes à Guichen

Samuel et Romain de la Ferme des Petits Bonhommes

En 2015, Samuel s’est lancé dans la folle aventure de créer « La ferme des Petits Bonhommes » avec l’envie de faire naître un lieu accueillant, respectueux de l’environnement et capable de produire une grande quantité de nourriture, de saison, diversifiée et saine.

D’une parcelle de 3,30ha en friche, Samuel a réussi à créer un réel environnement fertile. Romain, grand amoureux de la nature, décide de se joindre au projet en 2018.

Leur but ? Faire découvrir des variétés, anciennes ou récentes, inhabituelles par leurs goûts, leurs couleurs ou leurs formes.

Samuel et Romain font du maraîchage sur sol vivant. C’est un travail d’amélioration et d’entretien du sol très long à mettre en place mais qui, sur le long terme, est plus efficace et plus respectueux de l’environnement.

Des méthodes traditionnelles 

Ce qui nous a le plus agréablement surpris lors de notre visite à la ferme des Petits Bonhommes, c’est de constater l’absence de chambre froide électrique pour la conservation des fruits et légumes. Mais comment font-ils alors ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe plusieurs manières de garder des aliments au froid, sans pour autant posséder un réfrigérateur. Parmi ces techniques on peut retrouver l’utilisation de : balles de riz, ouate de cellulose… Mais Samuel et Romain ont simplement choisi de construire une chambre neutre en botte de paille.

Les deux maraîchers prônent, aussi, la non-mécanisation de leur ferme. En évitant l’utilisation de carburants fossiles, les maraîchers font preuve de résilience face aux ressources limitées de notre belle planète.

Vers la reconstitution du cycle naturel de la fertilité des sols

L’idée du maraîchage sur sol vivant est de reconstituer dans les parcelles agricoles le cycle naturel de la fertilité des sols. Ce processus nécessite moins de matériel et plus de travail manuel mais cela ne fait pas peur aux deux maraichers !

L’objectif premier est de laisser les organismes vivants (collemboles, mycéliums ou encore vers de terre) s’installer tranquillement pour parfaire le sol de manière durable. Toute une biodiversité vit autour des fruits et légumes et notamment des ravageurs. Mais hors de question d’utiliser quelque produit que ce soit pour éloigner les nuisibles, un bon équilibre dans l’écosystème suffit à rétablir l’ordre naturel.

Afin d’apporter les nutriments à cette terre, anciennement en friche, les deux maraîchers ont opté pour le fumier de cheval l’année dernière et le compost de la déchèterie guichenaise cette année. Une rotation des apports permet de diversifier les éléments vitaux afin de rendre la terre plus fertile.

Et après ?

Plus tard, Samuel et Romain souhaitent agrandir leur production en développant un verger, accueillant une grande diversité d’arbres fruitiers, sur plus d’un hectare. Mais aussi créer un poulailler et favoriser la biodiversité de manière générale afin de développer un environnement permacole et devenir auto-suffisants…. Et pourquoi pas accueillir un nouvel associé ? Et oui ! La ferme des Petits Bonhommes ne croit pas en l’idée du salariat. Romain et Samuel prônent la hiérarchie horizontale et ne veulent pas de relation salarié-employeur.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code